Oxyurose (entérobiase)

Last modified at 01/02/2023 12:04 by System Account

Agent infectieux

  • L'agent causal, Enterobius vermicularis (oxyure, nématode), est un nématode blanc d'une longueur de moins de 13 mm et d'une largeur de moins de 1 mm qui vit dans le côlon. L'homme est le seul réservoir de ce parasite, qui se transmet directement d'homme à homme.
  • L'infestation se fait par ingestion d'œufs matures. Les vers femelles quittent le côlon par le biais de l'anus, souvent pendant le sommeil, et déposent des œufs sur la peau péri-anale.
  • Les œufs peuvent survivre pendant des semaines, par ex. dans la literie.
  • Le délai entre l'infestation et l'apparition des symptômes est d'environ 1–2 mois.
  • L'infection survient surtout chez l’enfant de 3 à 10 ans, mais elle se produit également chez l’enfant plus âgé ou même chez l’adulte.

Tableau clinique

  • Le symptôme le plus commun est le prurit péri-anal, surtout pendant la nuit. Cela peut provoquer des réveils et de l'énurésie pendant la nuit.
  • Des infections bactériennes peuvent se manifester dans la région péri-anale là où la peau a été grattée.
  • Le patient peut présenter de l'anorexie ou une irritabilité.
  • On suggère parfois que l'infection à oxyures serait associée à l'appendicite mais l'éventuel lien causal reste controversé.
  • Les autres complications rares sont chez les filles la vulvovaginite, l'urétrite ou même la salpingite. Elles sont causées par la migration dans une mauvaise direction des oxyures sur la peau périnéale. L'urétrite et la salpingite symptomatiques sont probablement provoquées par des bactéries intestinales véhiculées par les vers.

Diagnostic

  • Les échantillons destinés à détecter les oxyures sont collectés le matin avant la toilette du matin ou avant d'aller à la toilette.
  • La méthode principale pour obtenir un échantillon est d'utiliser un écouvillon trempé dans une solution saline pour frotter les bords de l'anus. On insère aussi l'écouvillon dans l'orifice anal à une profondeur de 0,5 cm.
  • La sensibilité de l'échantillonnage péri-anal est accrue en collectant plusieurs échantillons dans la matinée après les nuits où les symptômes se sont manifestés.
  • La recherche d'œufs dans un échantillon fécal est inutile.
  • Si on observe clairement un oxyure d'une longueur de 8-13mm en mouvement dans la région péri-anale, le diagnostic est certifié sans échantillons de laboratoire. Une structure immobile ressemblant à un ver dans la région péri-anale est insuffisant pour le diagnostic. Toutefois, si on soupçonne que cette structure soit un ver, il peut être envoyé pour une investigation microscopique si nécessaire.

Traitement

  • Pyrvine 7,5–10 mg/kg en dose unique ou mébendazole 100 mg en dose unique (chez les plus de 12 ans).
  • L'albendazole (en dose unique de 400 mg) est aussi efficace. L’utilisation d’albendazole peut nécessiter une autorisation spéciale dans certains pays.
  • Le mébendazole et l’albendazole sont à proscrire pendant le premier trimestre de la grossesse, mais d’après une recommandation de l’OMS, ils sont utilisables pendant le deuxième et le troisième trimestre et pendant l’allaitement. Bien que son innocuité pendant la grossesse n'ait pas été contrôlée systématiquement, la pyrvine est considérée comme étant sûre pendant la grossesse et l'allaitement.
  • Le traitement doit toujours être répété après 2 semaines.
  • Le lendemain du traitement, on procède généralement à l'aspiration ou à l'aération du lit et au changement des draps et des serviettes. Les autres mesures de nettoyage ne sont probablement pas utiles.
  • Traiter toute la famille simultanément, y compris les membres asymptomatiques qui sont potentiellement porteurs du ver.
  • Si au moins un tiers des enfants d'une garderie sont infectés, il est conseillé de traiter l'ensemble du groupe. Les oxyures ne constituent pas un motif de refus d’admission à la garderie.
  • L'oxyurose récidive facilement, surtout en raison de la prévalence élevée chez les enfants en-dessous de l'âge scolaire. Le parasite n'a pas développé une résistance aux médicaments jusqu'ici.

Prévention

  • Insister sur le lavage des mains et l'hygiène aux toilettes ; rappeler aux enfants l'importance de se laver les mains après être allé aux toilettes et avant les repas.
  • Les ongles des enfants doivent rester courts.
  • Éviter de dormir dans la même literie que celle d'un porteur d'oxyures.
  • Comme les infections à oxyures, mêmes récurrentes, ne sont pas associées à un manque d'hygiène de l'habitation et que l'infection n'est pas dangereuse, éviter un nettoyage excessif associé à ce problème.
  • Le déparasitage ne réussit pas toujours avec les premiers traitements administrés à 2 semaines d'intervalle. Cela s’explique généralement par une réinfection ou par le fait que le médicament n’étant pas absorbé, son efficacité se limite au contenu des intestins et il se peut donc que certains vers survivent, par ex. dans l'appendice.
    • Avant de songer à répéter le traitement, il est essentiel de s'assurer qu’il s'agisse bien d'une rechute ou d'une réinfection. Si l’on voit clairement des vers bouger, l'infection est manifeste, mais la description des parents n'est pas toujours complètement fiable.
    • Si la situation est douteuse ou si les infections sont cycliquement récurrentes et posent problème sur le plan clinique, il vaut la peine d'examiner un frottis anal en laboratoire pour vérifier s'il y a récidive.

Références

  1. Sodergren MH, Jethwa P, Wilkinson S et al. Presenting features of Enterobius vermicularis in the vermiform appendix. Scand J Gastroenterol 2009;44(4):457-61. PubMed
  2. World Health Organization (anonymous). Breastfeeding and maternal medication - Recommendations for Drugs in the Eleventh WHO Model List of Essential Drugs, 2003. OMS et UNICEF [Lien].